Il y’a autant de fantasmes sexuels qu’il y a de personnes qui y pensent. Chacun a un truc qui lui met le feu au sang et lui fait perdre le contrôle. Pour beaucoup de mecs, l’upskirt est le fantasme parfait. Il consiste en fait à prendre des photos ou à faire des vidéos d’instants volés marqués par un dessous de jupe, des sous-vêtements ou simplement une chatte en l’air. L’upskirt est considéré comme un type de voyeurisme ; le plaisir vient donc de ce regard furtif qui se délecte à voir les parties intimes de diverses femmes à leur insu.

Dans bien des cas, la femme se prête au jeu et prend plaisir montrer furtivement au regard du voyeur les dessous de ses jupes. Ça peut être un jeu de couple qui pimenterait le quotidien et romprait avec la monotonie. Pour être sensible à la pratique de l’upskirt et l’apprécier, il faut avoir une certaine tendance à l’exhibitionnisme. Dans ce cas, la sexualité devient jeu d’excitation inhabituel puisqu’elle se déroulera dans les lieux publics pour donner plus de piquant au jeu. Une entente tacite donnera l’illusion de l’inattendu. Les rôles sont bien connus à l’avance ; elle s’habille de façon légère à dessein et lui immortalise par son objectif ces moments fugaces où elle laisse (volontairement) voir ses dessous ou sa chatte.

La pratique de l’upskirt en couple permet de revitaliser le désir dans le couple. Le fantasme de l’objet inaccessible nourrit le désir du voyeur. Dans certains cas la pratique de l’upskirt en couple peut donner lieu à des parties de jambes en l’air en plein air, notamment dans des lieux publics. Mais lorsque l’upskirt se pratique dans l’anonymat du voyeur qui n’a donc aucun lien avec l’objet de ses fantasmes, l’assouvissement du plaisir viendra certainement par la masturbation devant les photos ou les vidéos de ces moments volés.